Sécurité/Insécurité

Ganthier pris d’assaut par des bandits : Jean Renel Sénatus lance un appel du pied au Premier ministre Ariel Henry et au DG Frantz Elbé

Depuis le début du mois de décembre, les bandits du groupe 400 MAWOZO sèment de la terreur à Ganthier dans le but de contrôler cette Commune du Département de l’Ouest. Indigné, l’ancien sénateur Jean Renel Senatus lance, Mardi 19 décembre 2023, un cri d’alarme pour rappeller au Premier ministre Ariel Henry et au Directeur général de la Police Nationale D’haiti (PNH) Frantz Elbé qu’ils sont encore responsables de la Sécurité du pays.

« Je suis étonné de voir des personnes âgées qui devraient utiles le pays mais décident de ne pas le faire. Monsieur Ariel Henry, j’ai appris que vous êtes un adventiste donc vous croyez en Dieu. Ce sont nos frères et sœurs que les bandits tuent, arrachent, brûlent à Ganthier. Faisons tout pour empêcher plus de morts », s’exprime Me Jean Renel Senatus énergiquement.

« DG Frantz Elbé, vous avez travaillé à un moment dans cette zone alors vous avez une certaine connaissance géographique de la zone. Nous ne pouvons pas laisser la situation ainsi », conseille l’ancien Commissaire du Gouvernement de Port-au-Prince.

« La situation était prévisible. Depuis 2016 je commence à parler de ce triangle de la mort qui comprend Ganthier, Thomasseau et Croix-des-Bouquets, argumente l’avocat. Ganthier était très paisible, toutes les autres localités étaient déjà sous la loi des gangs maintenant ils décident d’attaquer la ville de Ganthier considérée comme étant la réserve », continue l’homme de loi avec regret.

Rappelons que dans la soirée du 18 décembre 2023, les bandits de la bande armée 400 MAWOZO ont tué au moins 3 personnes, six autres environ sont blessées par balles et des maisons ont été incendiées.

« Ne restez pas les bras croisés à attendre des étrangers. Agissez Messieurs », crie Me Jean Renel Senatus en s’adressant au Premier ministre Ariel Henry et au directeur général de la PNH, Frantz Elbé.

 

INNOVA NEWS

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page